J’n’ai que ça ! Un début de chanson parce que la fin vous n’ l’aurez pas ! héhéhé

Poster un commentaire

18/10/2011 par denisegirardsoupir

C’était facile de l’amuser
Ses cheveux aux quatre vents
Insouciante et sans tourment
Ne pouvant faire autrement
Ses yeux toujours enjoués
Sa bouch’ prête à embrasser
Rien ne pouvait lui arriver …

et peut-être le refrain…et puis peut-être plus rien ensuite… :

Elle aimait le vent qui passe
Et les bras qui l’enlacent
Non rien ne l’effrayait
Puisque tout l’amusait
Elle aimait le temps qui passe
Et que l’on se prélasse
Jamais rien n’l’arrêtait
La vie n’était qu’un jeu
Où j’comptais pour si peu

Publicités

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

MERCI plus d’une XXXX

don

  • 19,848 écartés

Ne Pourrais-je un jour vous rencontrer.

Sur la Route un Crapaud (recherche interprète)

Amoureux d’une bouteille en vente sur iTune et autres plateformes

L’insomniaque (recherche interprète)

Retour vers le passé

%d blogueurs aiment cette page :