Brève *(vieux texte)

Poster un commentaire

06/10/2011 par denisegirardsoupir

Brève apostrophe d’une vie vidangée
D’un espace inoccupé. Vide d’espoir
Trop anéanti pour survivre à mon suicide
Au couleur de la pluie qui sombre à ma fenêtre
Cette vie déroutée
Tout au creux d’un puisard
Tout au fond de mes rides
Où coule un peu, peut-être
Le goût de vivre encor’
Et d’écorcher mes mots
Peut-être un peu encor’…

Publicités

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

MERCI plus d’une XXXX

don

  • 20,110 écartés

Ne Pourrais-je un jour vous rencontrer.

Sur la Route un Crapaud (recherche interprète)

Amoureux d’une bouteille en vente sur iTune et autres plateformes

L’insomniaque (recherche interprète)

Retour vers le passé

%d blogueurs aiment cette page :