Écrire

Poster un commentaire

05/10/2009 par denisegirardsoupir

Contraindre un poète à écrire est comme dépouiller un ivrogne de sa bouteille.

Elle avait besoin d’écrire pour se souvenir, se souvenir de ce qui était perdu ou de ce qu’elle n’eût pas…

J’écris avec mes tripes ; rarement avec ma tête et parfois avec mes pieds…

Le vent tremble dans l’arbre. J’ai peur de tomber.

Publicités

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

MERCI plus d’une XXXX

don

  • 20,112 écartés

Ne Pourrais-je un jour vous rencontrer.

Sur la Route un Crapaud (recherche interprète)

Amoureux d’une bouteille en vente sur iTune et autres plateformes

L’insomniaque (recherche interprète)

Retour vers le passé

%d blogueurs aiment cette page :