Au-delà du virtuel.

Poster un commentaire

04/10/2009 par denisegirardsoupir


À faire semblant que le temps passe, nos rides décousues chavirent
Aux flots de l’argent baignant nos cheveux
T’as une sale gueule…
tu sais ?
T’es un sale type…
tu sais ?…
Mais je t’aime
Tes mots sont comme un accord et me font vibrer
Je me fonds dans tes yeux d’eau calme au goût de l’amer
Mon chagrin s’écaille à ne pouvoir te toucher que dans tes lignes horizontalesCe n’est pas une déclaration d’amour… Juste un jour de plus qu’un autre
À écrire pour me découvrir un peu plus… Un… je ne sais quoi…
Une dimension inconnue… Là où tu es pourtant…
Publicités

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

MERCI plus d’une XXXX

don

  • 20,110 écartés

Ne Pourrais-je un jour vous rencontrer.

Sur la Route un Crapaud (recherche interprète)

Amoureux d’une bouteille en vente sur iTune et autres plateformes

L’insomniaque (recherche interprète)

Retour vers le passé

%d blogueurs aiment cette page :